Comment le temps influence t-il nos choix ?


Etant donné qu’il y a quelques heures de décalage entre paris et New York où je suis en déplacement, je me suis dit qu’il serait intéressant de continuer notre mini-série sur les métaprogrammes en abordant à nouveau le temps.

Il y a quelques jours, nous avons découvert un méta programme qui s’appelle “être dans le temps où à travers le temps “.

Vous retrouverez par ailleurs le podcast de cette vidéo au début de l’article, et la transcription ci-dessous.

Court rappel de ce métaprogramme :

Les personnes qui sont “ dans le temps “ vont être complètement absorbées dans ce qu’elles font et vont vivre complètement l’instant présent. Typiquement, sans caricaturer ce sont des personnes qui ont plutôt tendance à être en retard.

A l’inverse, les personnes qui sont “ à travers le temps” vont toujours être dans la planification, dans l’anticipation de ce qu’il se passe après et qui vont se projeter dans l’étape suivante. Typiquement, ces personnes ont plus de difficultés à être complètement associés au moment présent, à vivre pleinement l’instant T.

Mais aujourd’hui, je vous propose de découvrir le cadre temporel.

Ce métaprogramme est basé sur l’idée que nous n’avons pas tous la même relation au temps.

Pour certaines personnes, le passé un rôle prépondérant, il va même impacter ce qu’il se passe dans leur présent et dans leur futur.

Par exemple, lorsque nous conservons des relations personnelles ou professionnelles avec des personnes dont nous sommes moins proche aujourd’hui. Nous ne savons pas si nous aurons encore envie de les voir mais nous estimons que, étant donné le passif, l’historique de la relation, il est important de continuer à se voir et à entretenir la relation.
Pour prendre un deuxième exemple dans le cadre personnel ou professionnel, cela peut être le fait qu’un événement négatif à un moment donné, une dispute avec une personne au travail ou à la maison, fasse que nous ne passons pas au-delà. Et que, par conséquent, on ne veuille pas revoir cette personne ou que nous continuons à la voir avec des a priori assez forts dorénavant.

A l’inverse, pour certaines personnes, c’est le futur qui va conditionner les choix présents. Typiquement, ce sont des étudiants qui vont s’engager dans la voie de la médecine.

Par exemple, dans des classes préparatoires ou dans des études difficiles, le fait d’avoir dans deux, trois, quatre voire 10 ans ou plus, un certain graal de réussite, un certain diplôme ou d’arriver à atteindre un certain niveau de vie va conditionner leurs choix présents et va orienter des sacrifices ou des choix de vie structurants dans le présent.

Puis, il y a des personnes pour lesquelles c’est l’instant présent qui va conditionner ce qu’il se passe dans le futur. Pour ces personnes, le cadre de référence est de se dire “ c’est ce que je fais maintenant, qui va me permettre de construire ce que je serais demain “.

Les lecteurs qui ont lu cet article ont aussi lu :  Proactif ou réactif ?

Pour terminer je vais prendre deux exemples davantage tirés de la thérapie, pour comprendre que nous ne sommes jamais complètement l’un ou complètement l’autre mais qu’il est important d’avoir de la souplesse. Nous avons forcément des éléments qui nous influencent venant du passé et également des projections de ce que nous voulons faire, de nos projets à plus ou moins long terme, qui impactent la façon dont nous nous comportons aujourd’hui.

Un premier exemple de situation où le passé peut influencer le présent et le futur, soit de manière aidante, soit de manière limitante si nous sommes dans l’excès :

“Je ne veux pas reproduire les erreurs de mes parents”

A l’inverse, le futur peut influencer le présent et de fait les choix passés, de manière aidante ou de manière limitante, dans des choix que nous avons ou que nous aurons tous à faire avec des enfants qui grandissent :

“Pour payer éventuellement des études à mes enfants, il faut que je puisse mettre de côté et m’organiser de manière à pouvoir les aider à accomplir leurs souhaits, notamment de manière financière”.

Cela peut être très aidant si nous le faisons de manière constructive, mais ça peut aussi créer des difficultés si cela vient en contradiction avec des souhaits d’évolution personnelle. Que ce soit de choix de carrière qui peuvent comporter des risques financiers ou que ce soit peut-être aussi pour certaines personnes des impacts sur leur relation de couple.

Donc, là encore, il est important de pouvoir naviguer entre ces différents modes de fonctionnement pour pouvoir mener sa barque vers son épanouissement personnel et professionnel.

Si cette vidéo vous a plu je vous propose de vous abonner à la chaine Youtube en cliquant ici, et de laisser un commentaire en dessous de l’article pour me dire ce que ce que vous en avez pensé.
Enfin, vous pouvez télécharger l’ebook que je vous offre gratuitement pour développer vos compétences et vos performances en cliquant ici.

Les lecteurs qui ont lu cet article ont aussi lu :  Tri sur soi ou tri sur les autres ?

Merci et à bientôt pour une nouvelle vidéo !

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *