Dans cet article, vous découvrirez comment transformer facilement ce que nous nous disons à nous-mêmes, pour faire de notre voix intérieure un coach aidant.


Qui ne s’est jamais dit à soi-même, à l’intérieur de soi, des choses comme :

  • Je n’y arriverai pas
  • Je suis nul
  • Je suis déçu (de moi même, de telle personne…)

Cela est tout à fait normal. En revanche, cela peut devenir gênant lorsque cette voix intérieure devient trop fréquente et qu’elle nous amène à ressentir des émotions négatives par trop souvent : que ce soit de la colère, de l’abattement, de la tristesse, etc.

Dans mon cas, j’ai découvert et appliqué cette technique pour la première fois en 2014. En effet, j’étais à l’époque un éternel insatisfait du travail accompli dans la journée, ce qui générait chez moi une frustration assez importante. En observant ce qui se passait en moi, j’ai réalisé que je me disais à moi-même tous les jours : “je n’ai pas fait ce que je voulais. Il y a ça, et ça, et ça que je voulais faire et je n’ai pas eu le temps” etc.

Installez-vous confortablement et prenez quelques minutes pour vous

Il faut compter 20 à 30 minutes pour réaliser le processus lorsque vous n’êtes pas habitué(e). Avec l’expérience, cela ne vous prendra plus que quelques minutes.

Dans tous les cas, il est important de se centrer sur soi. Le plus simple est donc de s’installer confortablement, et de prendre quelques grandes respirations avant de démarrer. Vous pouvez également utiliser des boules quies ou une musique calme pour vous isoler des bruits ambiants.

La “méthode carrée” est une bonne méthode pour se relaxer avant de démarrer un exercice de PNL ou d’hypnose.

  • Inspirez en comptant mentalement 2
  • Suspendez votre souffle les poumons pleins en comptant 2
  • Expirez en comptant 2
  • Suspendez votre souffle les poumons vides en comptant 2
  • Répétez autant de fois que nécessaire (jusqu’à 10 à 20 cycles si vous le souhaitez)

La durée peut être de 2, 3, 4, 5, 6 ou plus.

Identifiez ce que voulez transformer

Identifiez la petite voix que vous voulez changer.

Identifiez quand elle se produit. Dans quelle(s) situation(s) ? A quel moment de la journée ? Prenez un exemple, le plus récent ou le plus marquant, et continuez l’exploration un peu plus en détails.

Identifiez comment elle se produit en vous

Cette question peut paraître étrange de prime abord. Mais, en faisant se travail d’introspection, vous pourriez être surpris(e). Vous réaliserez que votre voix intérieure n’a pas toujours le même ton, le même rythme, ni même la même localisation (elle peut se situer devant vous, derrière-vous, en haut en bas, ou même à l’extérieur de vous). Faites donc l’exercice. Replongez-vous complètement dans l’exemple que vous avez choisi et soyez attentif au discours intérieur que vous voulez changez. Observez :

  • Quel est le ton de cette petite voix ? Fort, faible, aigu ou plutôt grave…
  • Quel en est le rythme ? Rapide, lent..
  • Où se situe-t-elle ? A l’intérieur de vous ? à l’extérieur ? Où précisément ?
Les lecteurs qui ont lu cet article ont aussi lu :  Préférez-vous aller bien ou éviter d'aller mal ?

Amusez-vous

Amusez vous à changer certaines caractéristiques de cette voix intérieure.

  • Modifiez le ton et le rythme : si la voix est aigue, faites-la devenir grave. Si elle est forte, transformez là en un chuchotement. Faites-lui prendre un rythme  accéléré, ou très lent, et une tonalité comique. Soyez créatif(ve) !
  • Changez la localisation, placez la voix dans votre ventre, au niveau de votre front, etc. Placez là à l’extérieur de vous, devant vous, derrière vous, plus ou moins loin, etc.
  • Soyez attentif(ve), à chaque fois que vous transformez quelque chose, à ce que cela modifie en vous. En quoi le changement réalisé change-t-il votre ressenti ?
  • Revenez à la situation initiale

Dans mon exemple, j’ai donné à cette voix qui disait “je n’ai pas fait ce que je voulais aujourd’hui” un rythme très rapide, comme si l’on avait mis en avance rapide une veille cassette, et une tonalité du type ballon d’hélium, presque comique.

Identifiez ce que vous voulez vous dire à la place

Il est temps de choisir ce que vous souhaitez vous dire de positif à la place de votre petite voix limitante.

j’ai choisi de remplacer “je n’ai pas fait ce que je voulais aujourd’hui” par  “je suis content de ce que j’ai réalisé aujourd’hui.  Je reprioriserai demain si besoin et avancerai vers la réalisation de mes objectifs”

Vous remarquerez que j’ai inclus trois éléments dans ma phrase

  • Une phrase positive sur ce que j’ai réalisé dans la journée : “je suis content de ce que j’ai réalisé aujourd’hui”. L’objectif est simple : générer un sentiment de satisfaction
  • Une phrase qui prend en compte le besoin auquel répondait mon ancien comportement. Certains comportement peuvent être complètement obsolètes et nous gêner inutilement, tandis que d’autres, bien qu’handicapant, revêtent une utilité dont nous avons plus ou moins conscience. Il est très utile d’identifier ce que nous apporte ce comportement

Dans mon cas, le sentiment d’insatisfaction m’apportait une “motivation” pour accomplir plus.

  • Une phrase qui me relie à un objectif plus grand et bénéfique pour moi, en l’occurrence me rapprocher de mes buts

Cette structure n’est donnée qu’à titre d’exemple et d’inspiration. Sentez-vous libre de créer la phrase qui vous convient. Les seuls critères critères que je vous recommande fortement de respecter sont les suivants :

  • La structure de la phrase doit être positive. Elle doit de plus être formulée au présent. Exemple : “je me sens confiant…” et non pas “je ne me sens pas stressé”.

Notre cerveau ne comprend pas les négations. Si nous nous disons “Je ne me sens pas stressé, nous nous représentons d’abord ce que c’est d’être stressé “.

  • Ce que vous vous dites doit être sous votre responsabilité. Exemple : “je me sens confiant” sera plus pertinent que “mon patron me fait confiance”
  • Vos besoins doivent être respectés et pris en compte, y compris les avantages que vous permettait votre ancien comportement, ou les inconvénients qu’il vous permettait d’éviter. Exemple : Je me disais “je n’ai pas fait ce que je voulais”, en partie probablement pour booster ma productivité. J’ai donc pris en compte cela dans ma reformulation.

Enfin, soyez attentifs

  • Au ton de la voix : prenez une tonalité et un rythme cohérents avec le message que vous vous dites. Vous pourrez par exemple vous dire “je suis détendu et serein” d’une voix calme, profonde et zen, ou au contraire ”je suis confiant en moi et en mes capacités” d’une voix dynamique et enjouée
  • A la localisation de cette nouvelle phrase : positionnez la voix au même “endroit”  que l’ancien comportement (au niveau de la gorge, dans la tête, à l’extérieur de vous, etc. – soyez précis)
Les lecteurs qui ont lu cet article ont aussi lu :  3 solutions pour (mieux) vivre ses émotions

Soyez créatif(ve) et amusez-vous !

Substituez

C’est ici que cela devient vraiment ludique !

Suivez le processus ci-dessous :

  1. Remettez-vous dans le contexte du comportement que vous voulez changer (reprenez les étapes ci-dessus si besoin)
  2. Concentrez-vous à nouveau sur la petite voix intérieure que vous voulez changer : le contenu, le ton, le rythme, la localisation, etc…
  3. A présent, accélérez le rythme de la voix, comme si vous mettiez le mode avance rapide. Modifiez également le ton de la voix, en prenant par exemple un ton très haut perché, presque ridicule, ou nasillard, ou toute autre tonalité qui vous semblerait incongrue
  4. Accélérez encore le rythme et la tonalité choisie jusqu’à ce que la voix devienne complètement inintelligible. A ce moment là, vous pouvez ajouter un son d’explosion retentissant, comme si la voix s’était tellement compressée qu’elle implosait
  5. Remplacez alors immédiatement la phrase qui vient “d’imploser” par la voix ressource, celle que vous voulez dorénavant vous dire
  6. Prenez le temps de l’entendre, à l’intérieur de vous, sur le ton et le rythme choisis, à l’emplacement de l’ancien comportement
  7. Observez ce qui est différent en vous
  8. Répétez les étapes 2 à 6 jusqu’à 10 fois, de plus en plus rapidement (à la fin, la transformation de la voix ne doit prendre que 2 à 3 secondes)
  9. Observez à nouveau ce qui est différent en vous
  10. Prenez une grande respiration, nous avons presque terminé !

Vérifiez

Imaginez-vous en train de regarder un film, où vous seriez dans une situation où se joue le comportement que vous venez de transformer.

Prenez le temps de regarder ce film se dérouler devant vous, d’entendre ce  qu’il y a à entendre et de ressentir ce qu’il y a à ressentir.

Que se passe-t-il de différent ?

En conclusion

J’espère que vous avez pris plaisir à appliquer cette technique, très ludique mais efficace. Il existe de nombreuses variations et possibilités, nous y reviendrons sans doute dans d’autres articles.

Elle présente au moins deux avantages :

  • Elle prend peu de temps. Une fois habitué(e), le processus peut se réaliser en quelques minutes
  • Elle peut se réaliser n’importe où. Dans votre lit, au bureau, dans les transports… Il suffit de prendre quelques minutes pour soi !

N’hésitez pas à poster vos commentaires et questions.

A vous de jouer !

  •  
  •  
  •  
  •  
  • 17
    Partages