Comment réduire le stress ? En pratiquant la méditation.

Vous avez déjà entendu des collègues parler de la méditation, mais n’avez pas osé poser de question ? Vous vous y intéressez mais ne savez ni comment faire pour commencer, ni à qui vous adresser ? Suivez le guide, mes conseils en 3 étapes.

Mais pourquoi voulez-vous méditer ?

  • Vous avez l’impression que tout va trop vite
  • Vous voulez changer quelque chose dans votre vie
  • Vous ne savez pas par quel bout commencer
  • Vous ressentez des tensions dont vous ne savez que faire

En réalité, les guides qui enseignent la méditation sont unanimes : peu importe la ou les raisons qui vous conduisent à tenter l’expérience. Toute pratique de méditation est bonne à prendre. On peut parler de techniques de relaxation, de méthodes de méditation, d’entraînement à la méditation, pour au final parler de la même chose.

Car le dénominateur commun de tous ces termes, pratiques et idées, c’est l’enracinement. Pensez à ce que l’on fait, au moment présent, sans se précipiter. C’est bien ce que vous cherchez ? Ralentir le rythme, même un peu, pour mieux apprécier la vie, au lieu de la voir défiler.

Beaucoup de gens ont de nombreux problèmes, et cherchent des solutions en multipliant les expériences, les accompagnements divers et variés. Certains utilisent la fuite en avant, la distraction perpétuelle, pour s’éviter de penser. Méditer, c’est choisir de regarder en soi, se faire confiance, pour se donner à soi-même ses propres solutions.

Vous ne voulez plus avoir des pensées négatives ? Vos premiers pas sur le chemin vont vous permettre de calmer votre esprit, réduire la vitesse de circulation de vos pensées et l’activité chimique de votre cerveau. Vous allez très vite en ressentir les premiers effets.

20 minutes par jour suffisent pour débuter.

  • Cherchez un bon endroit, agréable pour vous
  • Réfléchissez à quel moment de la journée vous calez ces 20 minutes
  • Trouvez un petit coussin bien ferme pour vous asseoir
  • Coupez votre portable !

Vous êtes prêts pour un petit essai ? Tenez-vous bien droit,  la colonne vertébrale alignée, les jambes en tailleur, les bras joints par les mains, paumes vers le haut, qui reposent sur votre entrejambe. Fixez devant vous, à un mètre environ, un point, un peu en contrebas.

Les lecteurs qui ont lu cet article ont aussi lu :  17 secondes pour plus de bonheur

Ne bougez pas les yeux de ce point, puis commencer à compter vos respirations, en gardant votre esprit sur ce comptage. Au préalable, vous avez mis votre réveil et il sonnera dans 20 minutes. Comptez vos respirations. Vous vous endormez ? C’est normal ! Vous avez des courbatures ? C’est normal ! Votre esprit batifole ? C’est normal !

Quand le réveil sonnera, rappelez-vous du nombre de respirations comptées, et, pour la prochaine session, vous n’aurez plus besoin de réveil, il vous suffira de compter jusqu’à ce nombre retenu.

C’est ça la méditation. Rien de plus. Certes, nous passons ici sur les détails, les réglages, mais c’est le début, et il faut bien commencer. Mais vous vous demandez ce qu’est la méditation, concrètement ? C’est le fait, le temps de ce court instant, de s’extraire du torrent de la vie moderne, sans artifice ni accessoire.

Mes derniers conseils avant de démarrer votre petit essai, ça peut vous aider : essayez de ressentir l’air qui entre par votre nez, qui va dans vos poumons. Votre corps, vos jambes, vos bras. Laissez passer vos pensées, ne les bloquez pas, et essayez de rester concentré sur le comptage, sans lâcher.

Les premiers temps, mon esprit produisait en permanence les pensées suivantes quand je méditais : est-ce que les courses sont faites ? À quelle heure je dois récupérer les enfants à l’école ? Est-ce que j’ai bien réglé mes factures d’électricité ? Ne vous étonnez pas, votre esprit va naturellement suivre ces pensées, s’y accrocher et vous perdrez le fil du comptage. Revenez-y, en tentant de vous rappeler où vous étiez, et reprenez le comptage à cet endroit.

Mon maître utilisait les métaphores suivantes pour nous faire comprendre la méditation : imaginez-vous au volant de votre voiture, sur une autoroute. Vous conduisez sur la voie centrale, et vous vous laissez dépasser par toutes les voitures, à droite et à gauche, sans tenter de les suivre. Votre voiture est votre concentration sur votre respiration, les voitures qui vous doublent sont vos pensées qui passent.

La pleine conscience, une technique bien rodée.

De plus en plus, on entend parler de méditation. Pour éviter de se perdre, ou de perdre en motivation, il faut mieux avoir un guide. Vous vous apercevrez, si vous persévérez, que c’est une vraie activité qui requiert de la concentration et du travail. Votre petite séance de 20 minutes doit se répéter au moins 3 fois par semaine pour être bénéfique.

Les lecteurs qui ont lu cet article ont aussi lu :  L'ancrage : un phénomène naturel et une technique de base en hypnose et PNL

Ce n’est pas un divertissement au sens où on peut l’envisager aujourd’hui. Et pourtant, cela vous apportera assurément beaucoup de bien-être, mais d’une nature différente de celui que peut procurer un bon repas en famille, ou une sortie entre amis.

La méditation est une pratique individuelle, et collective. Elle sert à mieux se connecter au monde, mieux être utile aux autres, mieux être avec eux. Pratiquer seul, chez-soi, est un bon début, mais il faudra penser à rejoindre un collectif. Le groupe porte, et donne de la force.

Par ailleurs, vous devez savoir que les techniques de méditation que j’évoque ici ont fait l’objet d’un protocole médical mis en place par une équipe de neurobiologistes américains, qui ont analysé l’activité du cerveau de méditants par l’IRM (Entretien avec Jon Kabat-Zinn et Les 4 clés du bien-être selon Richard Davidson).

Ils ont fait quelques découvertes intéressantes. L’une d’entre elles, et non des moindres :  la méditation permettrait de reconfigurer la cartographie neuronale du cerveau, de remapper les connexions.

Pour faire simple, le cerveau aurait pris des habitudes de fonctionnement qui ont renforcé certaines connexions et en ont délaissé d’autres. Vous êtes gênés par les pensées négatives incessantes ? Vos connexions neuronales habituelles entretiennent ce type d’activité. Vous souhaitez changer ? Entraînez votre cerveau à fonctionner différemment. Méditez !

Ces chercheurs ont aussi observé des guérisons plus rapides chez des personnes atteintes de dépressions. Ces techniques de méditation pleine conscience, importées en occident par quelques moines bouddhistes, ont pris le nom, pour les pratiquants laïques, de Mindfullness, ou méditation pratique. C’est un apprentissage, qui demande du travail, de l’énergie, de la persévérance, mais à coup sûr, cela changera votre vie.

  •  
  •  
  •  
  •  
  • 2
    Partages