Cet article est écrit dans le cadre de l’événement interblogueurs organisé par Marguin Design, sur le thème « Entrepreneur passionné, comment j’ai trouvé ma voie », qui a donné lieu à la publication du 1er numéro d’un webzine gratuit qui rassemble tous les articles des entrepreneurs ayant participé à l’événement. Retrouvez tous ces articles et téléchargez le webzine en cliquant ici.

Bien que le partage de mon expérience personnel ne soit ni le cœur de mon activité, ni mon domaine de prédilection, il est important de connaître son Pourquoi. Et c’est pourquoi j’ai sauté le pas, pour participer à l’événement proposé par Aurore, d’autant plus que l’idée du webzine me plaisait beaucoup !

J’ai commencé ma carrière professionnelle en 2009. Issu d’une filière on ne peut plus classique – classe préparatoire, école de commerce –, j’ai bifurqué rapidement dans un secteur particulier, l’économie sociale et solidaire, plus particulièrement l’entrepreneuriat social, et encore plus précisément l’Insertion par l’Activité Economique (IAE)…

L’entrepreneuriat social et l’insertion par l’activité économique, KESAKO ?

  • L’entrepreneuriat social, ce sont des entreprises qui sont au service de la société, et qui mettent ainsi leurs activités au service d’un projet social, sociétal ou environnemental. Exemple :  le commerce équitable, les énergies renouvelables, l’aide aux personnes en situation d’exclusion ou de handicap
  • L’insertion par l’activité économique (IAE) regroupe des entreprises sociales qui emploient des personnes en difficultés (chômeurs de longue durée, jeunes en échec scolaires, personnes à la rue, personnes en situation de handicap connaissant des difficultés sociales et ou professionnelles). Ces entreprises constituent un sas, un tremplin entre l’exclusion et l’insertion sociale et professionnelle. Elles construisent un parcours d’accompagnement complet afin que les personnes salariées puissent se reconstruire, résoudre leurs problématiques sociales et élaborer un projet professionnel, pendant au maximum deux ans. C’est un secteur passionnant !

J’ai donc eu un premier questionnement important au cours de mes études, alors que je choisissais le secteur dans lequel j’allais réaliser mes apprentissages, et passer mes deux “vraies” premières années d’activité. Premier choix structurant, où j’ai décidé de suivre mon envie de concilier l’entreprise et le social… J’ai choisi l’entrepreneuriat social et l”’IAE” plutôt que la Grande Entreprise ou l’audit.

Apprentissage numéro 1 : de l’importance de suivre son intuition

Trouver sa voie

Première expérience “édulcorée” de l’entrepreneuriat également, puisque j’ai rejoint le Groupe Ares, une “PME” de 500 personnes (bientôt 1000 aujourd’hui). J’y découvre les enjeux de gestion, et de développement d’une PME, le risque entrepreneurial, l’importance de l’humain, et bien sûr la richesse d’un travail qui a du sens. Cela confirme mon goût pour l’entreprenariat, a fortiori au service de l’humain !

Les lecteurs qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comprendre nos processus de changement grâce à la pyramide de Dilts

Deuxième étape, alors que la création d’entreprise me titille de plus en plus… je partage ce questionnement avec le Directeur Général du Groupe. Timing idéal et opportunité en or alors que je n’ai que 23 ans, il me propose de lancer l’un des projets qui était en cours de réflexion.

Apprentissage numéro 2 : pour saisir les opportunités, il faut exprimer ses envies !

Me voici à la tête de Log’ins, “joint-venture’’” entre le Groupe Ares et XPO Logistics. Qu’est-ce que c’est ? une entreprise de logistique principalement e-commerce (sorte de mini-mini-amazon) qui emploie des personnes en difficulté et en situation de handicap. Pendant 4 ans, je mets toute mon énergie à développer cette entreprise, et surtout son projet social : embaucher et accompagner davantage de personnes, vers une (ré)insertion sociale et professionnelle réussie. J’expérimente alors réellement l’entrepreneuriat, dans toute ses facettes : la gestion financière de l’entreprise, l’accompagnement des équipes, le développement commercial, le pilotage des activités, le projet humain et social… Puis la gestion des stades de développement de l’entreprise à mesure qu’elle grandit : structuration des processus, des équipes (recrutement de management intermédiaire…), évolution du fonctionnement de l’entreprise, et du mien avec la croissance. Alors qu’au lancement en 2011, j’avais toutes les casquettes (préparateur de commandes, chef d’équipe, commercial, contrôleur de gestion, directeur…), Log’ins compte en 2014 une 40e de personnes… mon rôle n’est donc plus le même.  Quelle aventure passionnante ! J’ai le plaisir de me lever chaque jour – souvent très tôt – en sachant que je vais apprendre, que je vais relever des défis, que je vais contribuer à la société même si, avouons-le, la vie d’entrepreneur n’est pas rose tous les jours. Les périodes de crises existent, elles sont même nombreuses par période. On a parfois l’impression d’être en équilibre sur le bord de la falaise, et que l’on peut tomber à chaque instant, ou la falaise s’écrouler… Mais on avance, et on en ressort plus fort, sinon plus sage ! J’ai aussi eu la chance d’avoir un comité stratégique extrêmement solide, qui m’a fait progresser dans mes compétences aussi bien humaines que techniques.

Apprentissage numéro 3 : on grandit avec son entreprise

Puis, mes projets évoluant, je décide progressivement de me tourner vers de nouveaux horizons. A ce moment-là ; je réalise également un coaching qui m’apporte énormément. Nous travaillons des sujets importants, comme le rôle de dirigeant, l’organisation personnelle, le management des équipes, mais aussi des questions “essentielles”, sur le Pourquoi, mon(mes) Pourquoi(s).

Tout en restant investi dans l’entrepreneuriat social, je démarre un parcours de 3 ans en grande entreprise : dans le conseil en stratégie d’abord, puis chez Carrefour et Rue du Commerce, où j’ai la chance de piloter et de contribuer à des projets passionnants.

Apprentissage numéro 4 : tout un chacun – et a fortiori tout entrepreneur – devrait pouvoir bénéficier de coachings (idéalement réguliers) afin de pouvoir faire le point sur ses projets, ses valeurs, et de se mettre en cohérence avec eux

Surtout, en parallèle de ces activités, je structure progressivement mes connaissances sur un domaine qui me passionne : le développement personnel. De ce terme aujourd’hui un peu fourre-tout, j’ai pour ma part une vision assez précise. J’ai en effet depuis presque 10 ans énormément lu, appris, mais surtout pratiqué. J’ai pratiqué la méditation, puis particulièrement l’hypnose et la programmation neuro linguistique. J’ai travaillé sur la communication non violente et l’analyse transactionnelle… J’ai été bluffé par l’effet sur moi-même de leur application : sur mon sommeil, sur le développement de mes compétences et de mes capacités, mais aussi sur mon bien-être. Alors, j’ai décidé en 2017 d’allier mes différentes passions : entrepreneuriat (social), développement personnel, aide aux personnes en difficulté… et e-commerce.

Les lecteurs qui ont lu cet article ont aussi lu :  L'ancrage en hypnose et PNL - La madeleine de Proust

Comment ? j’ai démarré une société de conseil aux entreprises, et me suis par ailleurs associé au cabinet de conseil Flow&Co, dont je partage les valeurs humaines. Je suis par ailleurs investi dans différentes entreprises sociales et associations, particulièrement dans l’accompagnement de personnes en difficultés. Et je me suis formé : à l’accompagnement, au coaching, à l’hypnose et à la programmation neuro-linguistique. Car je voulais me perfectionner auprès d’instituts connus et reconnus, et surtout pouvoir partager ces outils, et accompagner individuellement et collectivement les personnes qui le souhaitent dans leur développement personnel et professionnel. J’ai démarré mon activité de coaching, ainsi que le blog Changer Aujourd’hui, dans lequel je partage des techniques et outils simple et pragmatiques pour développer vos compétences, votre performance et votre bien-être. Ma prochaine étape : lancer une formation en ligne dédiée au développement des compétences, en parallèle de mon activité d’accompagnement et de formation “offline”.

Apprentissage numéro 5 : ma passion aujourd’hui : apprendre, développer mes compétences, partager et accompagner

Bref, je sais que je suis aujourd’hui “au bon endroit”, j’ai le sentiment d’être juste, et j’ai hâte de voir la suite du chemin Smile

Et vous, quelle est votre voie ?

  •  
  •  
  •  
  •  
  • 16
    Partages