A présent que vous savez comment votre cerveau encode l’information (s’il vous reste des doutes, l’article et la vidéo se trouvent ici), je vous propose de découvrir dans cette vidéo comment agir sur vos émotions grâce aux “sous-modalités”.

Qu’est-ce que cela signifie ? Que vous allez mieux comprendre les réglages de votre cerveau, et apprendre à les modifier.

On démarre dans cette vidéo avec les “sous-modalités” visuelles !

Vous retrouverez par ailleurs le podcast de cette vidéo au début de l’article, et la transcription ci-dessous.

« Agir sur nos perceptions pour transformer nos émotions »

Bonjour et bienvenue à tous sur Changer Aujourd’hui. Pour cette troisième vidéo, je vous propose aujourd’hui d’approfondir la manière dont notre cerveau perçoit et encode l’information du monde qui nous entoure. Dans la précédente vidéo, , nous avons parlé de trois modes de perceptions : la modalité de perception visuelle, la modalité de perception auditive et enfin la modalité de perception kinesthésique, laquelle inclut l’olfactif et le gustatif.

Je vous propose aujourd’hui de faire un focus sur la modalité de perception visuelle. Pour cela, nous allons faire une expérience assez amusante et très intéressante, mais simple et rapide. Nous allons choisir une expérience et nous tenterons de comprendre comment notre cerveau l’a encodée et comment on s’en rappelle du point de vue visuel. Ensuite, nous regarderons comment fonctionne cette table de mixage dont je vous parlais la dernière fois, et comment nous pouvons en modifier les curseurs pour transformer notre ressenti de l’expérience.

Commençons par la première étape : Je vais vous demander de sélectionner une expérience ou un souvenir positif. Même si cela marche aussi sur le négatif, je vous propose de travailler plutôt sur le positif car c’est plus sympa. Donc choisissez un souvenir, une expérience positive que vous avez vécue et dans laquelle vous avez ressenti une émotion qui peut vous être utile aujourd’hui ; que ce soit dans un contexte professionnel ou personnel.  Par exemple, cela peut être une situation où vous avez été particulièrement confiant ou serein, où vous avez ressenti beaucoup d’énergie, d’amour, de joie, etc.

« Remémorez-vous une expérience passée dans le détail »

Prenez le temps d’identifier un souvenir particulièrement fort. Choisissez à votre guise un souvenir dans un passé très proche ou plus lointain si vous vous rappelez avoir ressenti une émotion forte. Une fois que vous avez choisi l’expérience, je vous propose de la revivre maintenant. Commencez par essayer de vous rappeler du lieu : était-ce en extérieur ou en intérieur ? Peut-être à l’extérieur,  dans la nature, en ville, ou au travail, chez-vous ou dans un autre lieu ?  Remémorez-vous également à quel moment de la journée s’est déroulée l’expérience. Etait-ce plutôt le matin, l’après-midi ou le soir ?

Ensuite, vous pouvez fermer les yeux et essayer de vous remémorer vous tout ce qu’il y avait autour de vous à ce moment-là. Si cela se passe dans la nature, regardez autour de vous s’il y a des arbres, des plantes, des oiseaux ou d’autres animaux. Peut-être étiez-vous plutôt en ville  : était-ce en extérieur ou en intérieur ? Si c’était à l’extérieur, y a -t-il des véhicules, des bâtiments ou bien si c’est à l’intérieur, comment est le mobilier ? Etiez-vous seul(e) ou avec des personnes ? Si oui, avec qui étiez-vous ?

Par ailleurs, lorsque vous vous remémorez ce souvenir, le voyez-vous à travers vos yeux, ou vous voyez-vous dans la scène ?  Notez également les couleurs de la scène, la luminosité, les couleurs des objets autour de vous. Puis, pour bienrevivre complètement cette expérience, je vous propose maintenant d’entendre à nouveau tout ce qu’il y a à entendre. Quels bruits de l’environnement autour de vous pouvez-vous percevoir ? Des bruits de la nature ou de la ville ? De même, si vous êtes à l’intérieur, y at il des bruits particuliers ? Peut-être entendez-vous de la musique ou bien des personnes discuter autour de vous. Quels autres bruits y a-t-il ? Que vous dites-vous à ce moment précis ? Quel votre dialogue intérieur ? Prenez un peu de temps pour prendre conscience de cela.

A présent, rappelez-vous de ce que vous ressentez à ce moment-là, de ce que vous voyez et entendez, de tout ce que ressentez. Peut-être y a-t-il des sensations de chaleur ou de fraîcheur ? Peut-être sentez-vous vos pieds contre le sol,  peut-être êtes-vous assis ? Par ailleurs, quelles sont vos sensations intérieures et vos émotions ? Que ressentez-vous à ce moment-là ? Peut-être de la joie ? de la sérénité, du calme, de la détente ou d’autres choses ? Prenez le temps de le ressentir. Comment et à quel endroit cela se traduit-il pour vous ? Pour certains cas, cela peut être plutôt au niveau de la tête, du thorax, et pour d’autres encore, dans les bras ou les jambes. Prenez le temps de faire ce petit tour d’horizon pour retrouver les sensations que vous ressentez à ce moment.

Les lecteurs qui ont lu cet article ont aussi lu :  Préférez-vous aller bien ou éviter d'aller mal ?

Et puis lorsque c’est fait et que vous estimez avoir tout vu, entendu et ressenti de cette expérience, essayez maintenant de déterminer si lorsque vous vous remémorez ce souvenir, vous voyez un « arrêt sur image » un peu comme une photo, ou plutôt un film qui se déroule.

C’est là que cela devient intéressant. Lorsqu’on se rappelle une certaine expérience, cela peut se concrétiser devant nous sous la forme d’une photo ou au contraire d’un film. Pour certain, ce film ou cette photo va prendre tout l’espace visuel, tandis qu’il/elle n’occupera pour d’autre qu’une partie. De la même manière, est-ce que ce que vous voyez est en 2D, un peu comme aplatit ? Ou est-ce que c’est plutôt en 3D avec une impression de profondeur.

Vous pouvez aussi noter où cela se situe dans votre champ visuel. Est-ce que c’est juste en face ou est-ce que c’est plus loin ? Pour certaines personnes cela peut même être derrière. Prenez ainsi le temps de voir où se situe cette expérience dans votre champ visuel intérieur. Sur cette lancée, prêtez aussi attention aux contrastes et aux couleurs. Est-ce que cette expérience est en noir et blanc lorsque vous vous en rappelez ou est-elle en couleur ? Et puis quelle est l’intensité et le contraste de ces couleurs ? Est-ce-que la luminosité de cette image ou de ce film est plus ou moins forte ? Et de la même manière, cette image ou ce film ont-ils une bordure délimitée ou floue, comme s’ils se fondaient dans votre champ visuel ?

« Modifiez vos curseurs et jouez avec vos perceptions. »

Continuez d’explorer à votre propre rythme votre souvenir. Durant cette expérience, nous nous rendons compte chacun de notre mode de fonctionnement, parce que cela peut nous sembler évident de prime abord que, par exemple, nous nous rappelons d’une expérience sous la forme d’une photo de la taille d’une carte postale que l’on voit en face de soi. Mais il faut savoir que pour d’autres personne, c’est un film qui se déroule devant leurs yeux. Et pour d’autres encore, cela peut être un film se déroulant en haut, à droite de leur champ visuel ou en bas, à gauche, etc. Nous avons ainsi chacun notre combinaison de curseurs que nous réglons et qui construisent notre représentation d’une expérience.

Je vous propose à présent d’aller plus loin, , et de jouer sur ces curseurs. Imaginez que vous ayez votre table de mixage qui vous permette de jouer sur les réglages. Par exemple, imaginez que vous ayez un bouton on/off qui vous permette de sauter dans vos baskets et de vivre l’expérience à l’intérieur de votre corps, ou de sortir de votre corps, d’être comme un cameraman qui filme la scène ou qui prend des photos de la scène. Actionnez ce bouton, et regardez ce que cela produit comme différences dans votre perception de l’expérience et dans votre ressenti, vos émotions et vos sensations. Et puis une fois que vous avez fini de tester ce curseur, vous pouvez le remettre en position initiale.

Testons un autre curseur maintenant. Si la représentation que vous aviez de cette expérience était une photo, je vous propose d’en faire un film et de choisir le moment où il démarre et s’arrête afin de voir ce que cela change aussi comme ressentis. De la même manière, nous allons pouvoir changer la place et puis la taille dans notre champ visuel intérieur. Si votre expérience prend par exemple la forme d’un rectangle, d’un carré ou autre en face de vous, je vous propose si les bords sont très délimités de les rendre flous et s’ils sont flous de les rendre très délimités. À chaque fois, regardez ce que cela produit comme sensations, et comment cela change votre vécu de l’expérience ou du souvenir. Puis revenez à la position initiale pour tester un autre changement.  Vous pouvez également augmenter ou diminuer la taille de la photo ou du film de votre expérience. Je vous propose par exemple de l’agrandir jusqu’à ce que cela remplisse tout votre champ visuel. Vous pouvez aussi lui donner de la profondeur si vous le souhaitez tout en regardant ce que cela change comme ressenti pour vous, comment cela affecte votre expérience. Et lorsque c’est fait vous pouvez revenir à nouveau à la situation initiale.

Vous pouvez tester enfin le fait de changer les contrastes, la luminosité et les couleurs. Par exemple, si l’expérience est en noir et blanc, essayez de la transformer en couleur et vice-versa. Essayer aussi d’intensifier la luminosité, les contrastes, de rendre les bleus plus bleus et les rouges plus rouges, les jaunes plus jaunes etc. Et puis enfin, tâchez de revenir à la position initiale.

Les lecteurs qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment traiter les conflits en 4 étapes

« Soyez à lécoute de vous-même pour modifier vos sensations »

Prenez tout le temps nécessaire pour tester d’autres critères, d’autres choses. C’est ici que se situe tout l’intérêt de cette technique parce que l’on se réapproprie notre expérience. Ce qui est intéressant, c’est de constater à chaque fois qu’on modifie un curseur, ce qu’il produit de différent.

On constate alors que nous avons chacun un « curseur dominant » par rapport aux autres qui va transformer davantage le ressenti que l’on a de la situation. Pour certains lorsqu’ils travaillent sur le visuel, cela peut être le fait de transformer une photo en film.  Cela peut être de donner du mouvement à son souvenir. Un autre exemple pourrait être de donner de la luminosité mais aussi de la profondeur pour avoir un effet 3D, là où notre expérience était plutôt remémorée en 2D. Il faut donc prendre le temps de tester comment fonctionnent nos propres curseurs, puis d’identifier ceux qui sont stratégiques pour nous.

Vous avez ensuite deux solutions : soit vous pouvez revenir à la position initiale, soit vous pouvez modifier les curseurs qui intensifient votre expérience, qui augmentent la confiance en soi, qui rendent la joie plus intense ou la sérénité plus profonde.

C’est donc un outil très puissant parce que vous vous rendez compte qu’en vous remémorant des souvenirs et des expériences qui sont importantes pour vous, qui vous procurent des émotions positives, vous pouvez d’une part les revivre et d’autre part les intensifier.

Et là où cela devient encore plus intéressant, c’est que vous pouvez l’utiliser lorsque vous avez une échéance par exemple, une réunion de travail importante, une réunion de négociation pendant laquelle devez présenter des éléments clés importants et que vous voulez être dans un certain état d’esprit. Cela peut aussi être lorsque vous êtes dans des situations sportives, que vous préparez une compétition ou un entraînement particulièrement important. Cela peut encore être quand vous êtes étudiant et que vous allez préparer un concours, un oral ou un écrit.

Ce que vous pouvez faire, c’est identifier une émotion qui vous ferait du bien et dont vous auriez besoin pour préparer cette réunion, ce concours ou cet événement sportif important. Ensuite, identifiez une expérience dans laquelle vous avez ressenti cette émotion dont vous avez besoin. Cette expérience peut ne pas être liée au sport si c’est un événement sportif, ne pas être liée au travail si c’est un élément de travail. Vous vous êtes senti(e) par exemple particulièrement confiant dans une situation ou une discussion avec vos proches chez vous. Essayez de revivre cette expérience à fond en reproduisant le travail explicité ci-dessus pendant par exemple dix minutes ou un quart d’heure avant votre réunion de travail dans laquelle vous avez des enjeux importants. Vous verrez qu’en jouant comme nous l’avons fait avec les modalités de perception pour vous rappeler l’expérience et l’intensifier en réglant les curseurs comme cela vous convient, cela vous permettra d’aborder de manière différente des situations dans lesquelles vous avez certains enjeux et de les aborder avec des ressources et des émotions positives.

J’espère que cette vidéo et cet article vous ont plu. Nous poursuivrons encore dans les quelques vidéos qui suivent ce travail sur la connaissance des modalités de perception. J’espère surtout que vous appliquerez et que vous testerez ces outils car c’est là que cela prend tout son sens.  Et puis si vous avez aimé, vous pouvez vous abonner à la chaîne YouTube ou me laisser un J’aime. Indiquez-moi aussi en commentaires vos questions, remarques et suggestions si vous souhaitez qu’on aborde certains sujets. Enfin, vous pouvez télécharger sur l’ebook qui vous permettra d’accéder à d’autres techniques basées notamment sur les perceptions pour revivre et ressentir des émotions positives et utiles ; que ce soit dans le cadre professionnel ou personnel.

Merci et à bientôt pour une nouvelle vidéo !

 

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  • 7
    Partages